Séance épilation électrique

Écrit par les experts Ooreka

 

La seule technique d'épilation réellement définitive...

La séance d'épilation électrique se fait selon un protocole bien précis, notamment après avoir éliminé les contre-indications possibles chez un patient au cours d'une visite médicale préalable.

Séance épilation électrique : poil par poil

Le praticien brûle le bulbe (la racine) de chacun de vos poils. Pour cela, il utilise une petite aiguille équipée d'une mini électrode et la glisse le long de chaque poil.

Une fois la racine atteinte, il déclenche une courte décharge électrique dont la chaleur va détruire le bulbe du poil. Privé de sa racine, le poil s'enlève sans problème à la pince.

Le résultat est là : le poil ne repousse pas, et c'est définitif ! L'intervention peut se faire sous anesthésie locale, car la technique est assez douloureuse. À chaque impulsion électrique, vous risquez de ressentir une petite brûlure.

Séance épilation électrique : durée et fréquence

Une séance dure entre 20 minutes à 2 h selon la zone :

  • 20 minutes par séance pour les petites surfaces (visage, maillot, aisselles) ;
  • 2 heures pour des surfaces plus étendues (jambes, bras, torse, dos...).

Il faudra nécessairement plusieurs séances pour venir à bout de la zone à traiter, en moyenne 5, car le jour du soin, seuls les poils apparents sont brûlés, pas ceux qui sont en germe.

Pour laisser à ces derniers le temps de pousser (ce qui peut prendre plusieurs mois), on conseille d'espacer les séances de deux à trois mois. Au bout de 12 à 18 mois de traitement, vous pourrez considérer que vos poils sont de l'histoire ancienne !

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !